UMR 1220

Institut de recherche en santé digestive (UMR 1220 Inserm / UPS / ENVT / Inra)

 

 

 

 

 

Directrice : Nathalie Vergnolle
Bât B Inserm CHU Purpan - CS 60039 - 31024 Toulouse Cedex 3
Tél. +33 (0)5 62 74 45 03

L’Institut de recherche en santé digestive (IRSD) a été créé au 1er janvier 2016. L’Inserm, l'INRA, l'Université Toulouse III – Paul Sabatier et l'ENVT sont les tutelles de cet Institut.

Site internet : http://www.irsd.fr/

Quatre équipes de recherche sont associées au projet :

  • Équipe 1 : Physiopathologie de l'épithélium intestinal (Nathalie Vergnolle)

Découvrez ici (595,3 ko) les travaux de recherche de l'équipe de Nathalie Vergnolle

 

 
  • Equipe 2 : Pathogénie et commensalisme des entérobactéries (Eric Oswald)

Découvrez ici (574,7 ko) les travaux de recherche de l'équipe de Eric Oswald

 

 
  • Equipe 3 : Interactions neuro-immunes de l’intestin (Gilles Dietrich)

Découvrez ici (567,7 ko) les travaux de recherche de l'équipe de Gilles Dietrich

 

 
  • Équipe 4 : Génétique et régulation du métabolisme du fer (Marie-Paule Roth et Hélène Coppin)

Découvrez ici (588,3 ko) les travaux de recherche de l'équipe de Marie-Paule Roth et Hélène Coppin

 

Environ 20 % de la population occidentale souffre du syndrome dit du « côlon irritable » dont les causes sont méconnues et les traitements peu développés. On observe par ailleurs une augmentation dans la population des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (type maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique) pour lesquelles aucune thérapie curative n’existe. Enfin, le cancer du côlon est la 2ème cause de décès par cancer dans les pays industrialisés.

Quatre équipes étudient le système digestif et ses pathologies. Fortement impliquées dans la recherche de traitements, elles collaborent avec les différents services des hôpitaux de Toulouse (cancérologie, gastroentérologie, pédiatrie) mais aussi avec le tissu industriel, très présent dans notre région, pour innover dans le domaine thérapeutique.

Un tel institut offre l'occasion unique d'associer des expertises sur la fonction de la barrière intestinale, le microbiote, l'immunologie, la neurogastroentérologie, les métabolismes hépatiques et intestinaux. Il permet d'augmenter la visibilité de la recherche en santé digestive aux niveaux national et international et d'appréhender plus largement et de façon plus intégrée les pathologies digestives. L'institut mène une recherche à la fois fondamentale et appliquée, soutient la formation par la recherche et diffusera les nouvelles connaissances et avancées techniques en santé digestive.

Composé de chercheur.e.s, enseignant.e.s-chercheur.e.s et cliniciens en médecines humaine et vétérinaire, l'institut est à même de proposer des approches translationnelles performantes et des applications cliniques à court terme.

 

Outils de recherche innovants

L’équipe dirigée par Nathalie Vergnolle, a généré un « organoïde », reconstitution d’un organe épithélial (ici le côlon) à partir de la croissance en 3D de cellules. Cette structure mime des conditions (complexité moléculaire et cellulaire) proches de la réalité, utiles pour l’étude des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et de leurs traitements. Conscient du potentiel d’un tel outil, le Fonds Unique Interministériel a annoncé en septembre 2014 le financement de ce projet nommé « Organocan2 ». L’équipe de N. Vergnolle y est associée à une PME toulousaine (UROsphere), un groupe pharmaceutique (Pierre Fabre) et le CHU de Toulouse (services d’urologie, de gastroentérologie, d’oncologie médicale et d’anatomo-pathologie). Trois types d’organoïdes humains (côlon, vessie et prostate) seront conçus. Ils ouvriront la porte à une médecine plus personnalisée : des organoïdes pourront être fabriqués à partir des cellules de chaque patient, ce qui permettra de tester les réponses individuelles aux thérapies et de limiter les nombreux phénomènes de résistance aux traitements.

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes