UDEAR UMR Inserm/UPS 1056

Unité différenciation épithéliale et autoimmunité rhumatoïde

 

Directeur : Guy Serre

UMR 1056 - Inserm - Université Toulouse 3

Hôpital Purpan

Place Docteur Baylac - TSA 40031

31 059 TOULOUSE CEDEX 9

Tel : 05 61 15 84 03

guy.serre@inserm.fr

 

Site internet : www.inserm-udear.cnrs.fr

 

L’Unité Différenciation Epithéliale et Autoimmunité Rhumatoïde (UDEAR) s’intéresse à la peau humaine et plus particulièrement à son revêtement superficiel, l’épiderme, et aux nombreuses maladies qui l’affectent.

L’UDEAR s’intéresse également à un rhumatisme inflammatoire chronique évolutif fréquent et souvent grave : la polyarthrite rhumatoïde.

Ses recherches concernent donc la dermatologie et la rhumatologie. Ainsi, le laboratoire étudie la différenciation terminale des kératinocytes épidermiques humains et plus particulièrement la cornification.

Par ailleurs, il étudie les mécanismes auto-immuns de la polyarthrite rhumatoïde et plus particulièrement le rôle d’une famille d’auto-anticorps associés à cette maladie.

La synergie avec le laboratoire hospitalier de Biologie Cellulaire et Cytologie (Hôpital Purpan) auquel sont affectés huit des personnels hospitalo-universitaires de l’unité est réelle, notamment pour les applications diagnostiques et la recherche bioclinique. Les multiples partenariats université-hôpital-industrie qui s’ouvrent aujourd’hui vers des applications thérapeutiques, en témoignent.

Historiquement bi-thématique, l’unité s’appuie sur une compétence méthodologique en biochimie des protéines, immunochimie, immunohistologie, culture cellulaire et biologie moléculaire.

L’identification et la caractérisation d’acteurs protéiques, structuraux ou enzymatiques, tels que cornéodesmosine ou peptidyl-arginine désiminases, impliqués dans les stades les plus tardifs de la différenciation épidermique, ont conduit à l’étude de la physiologie moléculaire de la desquamation et de la physiopathologie des maladies hyperkératosiques, notamment la dermatite atopique et le psoriasis mais également diverses ichtyoses.

De la même façon, l’identification des cibles antigéniques protéiques d’auto-anticorps très spécifiques de la polyarthrite rhumatoïde, (pro)filaggrines puis fibrine désiminée synoviale, ont conduit à l’étude de la physiopathologie de la maladie.

 

  • Equipe : Différenciation épidermique et autoimmunité rhumatoïde

Découvrir ici (419,7 ko) les travaux de recherche de l'équipe de Guy Serre

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes